Foire Aux Questions

Une école pour qui ?

L’école NovAgora a pour vocation d’accueillir tous les jeunes de 3 à 20 ans, dans la mesure où ceux- ci sont autonomes et en capacité de comprendre et de respecter le règlement intérieur établi en Conseil d’École.

 

Où se trouvera l’école ?

L’école se trouvera à Strasbourg, non loin de l’arrêt de tram Aristide Briand et de la frontière allemande.
L’adresse est la suivante : 1 passage d’Osthouse, 67100 STRASBOURG

 

Quelle est sa date d’ouverture ?

Nous espérons une ouverture pour la rentrée de septembre 2017.

 

A combien s’élèvent les frais de scolarité ?

Les frais de scolarité s’élèvent à 250€ par mois. À cela s’ajoute la cotisation à l’association de 150€ au moment de l’inscription.

Nous espérons, par la suite, mobiliser des mécènes qui financeraient des bourses de scolarité, afin de permettre aux familles avec moins de moyens de scolariser leurs enfants dans notre école.
En attendant, nous invitons les parents d’élèves et toute personne désireuse de permettre à un plus large public d’accéder à l’école, de nous aider à trouver des solutions pour rendre l’école plus accessible, et de prendre contact avec nous si cette mission vous intéresse.

 

Les horaires ?

L’école ouvre à 8h, avec arrivée possible jusqu’à 10h, et elle ferme à 17h, du lundi au vendredi.
Un temps de présence de minimum 6h par jour est requis, temps de sorties et de pauses compris.

Chaque membre a la possibilité de poser un jour “off” par semaine, c’est à dire un jour, au choix, où il ne vient pas à l’école.

 

Les vacances ?

L’école ferme ses portes deux semaines à Noël, suivant le calendrier de l’Education Nationale et tout le mois d’août.
Les semaines de vacances restantes sont à définir avec l’équipe encadrante lors de l’inscription.

 

Le repas ?

Le repas, au même titre que les autres activités, est pris par chacun au moment où il le décide, selon sa faim. Nous n’avons pas d’heure de repas attitrée.
Nous avons à coeur de permettre à chacun de respecter et suivre son rythme naturel.Chaque membre est donc libre de réchauffer le repas qu’il aura pris soin d’apporter (ou de demander de l’aide pour les plus jeunes), de cuisiner quelque chose ou de sortir acheter son casse-croûte (selon les modalités de sorties définies avec les responsables légaux).

 

Quel est le rôle des adultes ?

Les adultes encadrants, dits “facilitateurs” sont, comme tous les autres membres, garants du cadre et participent activement à la vie de la communauté. En outre, ils sont responsables de la vie administrative et financière de l’école.

Les facilitateurs se rendent également disponibles lorsqu’ils sont sollicités par des membres pour les accompagner dans leurs recherches, l’acquisition des certifications pour l’utilisation du matériel, les aider à effectuer une tâche, réchauffer leur repas…
Il est de la responsabilité du facilitateur de savoir se faire oublier afin de laisser les jeunes s’autonomiser au maximum et, à la fois, de savoir répondre présent lorsqu’un membre fait appel à lui.

 

À quoi ressemble une journée type ?

Il n’y pas de journée type à l’École NovAgora. Chaque journée est unique, et se déroule au gré des envies, et projets de ses membres.

Ces envies peuvent se réaliser et prendre vie sous plusieurs formes : initiative individuelle (ex : lire un livre), activité spontanée collective (ex : jouer à un jeu de société), création d’un club (ex : un club sciences qui se réunit toutes les semaines pour faire des expériences), un atelier ponctuel, un atelier régulier avec un intervenant extérieur, une sortie (musée, cinéma, parc…), une excursion plus lointaine… Et tout ce que l’imagination et la volonté des membres (enfants, adolescents et adultes) feront naître !

À l’École NovAgora, c’est l’enthousiasme qui est le fil directeur des journées.

 

Et si un membre souhaite apprendre une langue étrangère (ou autre discipline/connaissance) qu’aucun adulte ne maîtrise ?

Lorsqu’une personne libre de son temps et de ses choix souhaite acquérir une nouvelle compétence, elle est généralement portée par son enthousiasme. Celui-ci est le moteur de son apprentissage et lui permet de trouver et déployer les outils nécessaires à ses acquisitions propres.

Un membre souhaitant développer une nouvelle compétence peut solliciter un de ses pairs ou facilitateur pour l’accompagner et/ ou l’aider dans sa démarche.
Par ailleurs, internet, les bibliothèques, médiathèques et musées sont autant de moyens d’accès à la culture et aux connaissances.

Enfin, les membres ont également la possibilité de proposer en Conseil d’École de faire appel à des intervenants extérieurs qui pourront partager leur expérience au sein ou en dehors de l’école.

 

Et s’il/elle veut passer le BAC ?

Il est tout à fait possible pour un membre de l’école de passer le BAC ou tout autre diplôme. Il lui faudra se présenter à l’examen en candidat libre.

Toutefois, l’école ne met en place aucune obligation, ni même incitation à passer le BAC. L’initiative doit être à l’origine du jeune, et découler d’une réelle motivation de sa part, et non d’une pression extérieure. Il appartient ensuite à chaque jeune qui veut se présenter à un examen, de solliciter l’aide dont il a besoin pour se préparer à cet examen (les facilitateurs d’apprentissages, ses pairs, des intervenants extérieurs, des ressources en ligne, des supports papier… etc).

 

Et s’il/elle s’ennuie ?

La liberté est une grande responsabilité, et elle nécessite généralement un temps d’adaptation, plus ou moins long selon les personnes. Les réactions sont diverses et peuvent aller d’une grande excitation où on a envie de tout apprendre, tout voir, tout faire ; à un ennui profond, où, face à soi-même, on doit se demander “mais en fait, qu’est-ce que je veux vraiment ? qu’est-ce que j’ai envie de faire ?”.
À NovAgora, nous pensons que cette phase de retour à soi est saine, et nous avons confiance que chacun va spontanément vers ce qui est bon pour lui. Nous avons confiance que chacun trouve sa voie lorsqu’on le laisse libre et qu’on lui offre un climat propice de bienveillance et de respect.

 

Y a-t-il des règles ?

Oui, il y a des règles. Être libre ne signifie pas « faire tout ce que l’on veut sans limites ». La liberté n’est pas le chaos. Les règles, à NovAgora, ont pour but de préserver la liberté de chacun de faire ses propres choix. En somme, la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres, et c’est dans l’intérêt de la préservation de cette limite que les règles sont pensées.
Le règlement à l’École NovAgora est co-construit par tous les membres de l’école ; enfants, ados et adultes. L’équipe fondatrice a rédigé une constitution de base, dont les principes ont pour but de préserver l’intégrité et la liberté individuelle de chacun. À cette base, peuvent s’ajouter les règles qui seront proposées par les membres. Chaque membre de l’école, quel que soit son âge, peut en effet proposer la modification, la suppression ou l’ajout d’une règle. Cette proposition fait ensuite l’objet d’une discussion et d’un vote lors du Conseil d’École hebdomadaire (voir question « Le conseil d’école » ci-dessus).
Les règles ne découlent pas de la volonté arbitraire d’une ou deux personnes, mais sont le fruit des expériences du quotidien, et peuvent donc être remises en question dès lors qu’elles ne font plus sens pour le groupe. En cela, le règlement est sans cesse évolutif, tout comme l’est la vie.

 

Qu’est-ce que le Conseil d’École ?

Le conseil d’école est l’organe central de l’école. Il a lieu une fois par semaine et rassemble tous les membres de l’école. C’est lors de ce rendez-vous hebdomadaire que sont prises toutes les décisions relatives à la vie de l’école : achat de matériel, accueil d’intervenants extérieurs, validation des inscriptions de nouveaux membres, modification du règlement intérieur … etc.
Chaque membre, enfant ou adulte, a la possibilité de faire une proposition en Conseil d’école. Sa proposition sera discutée, puis votée à la majorité. Chaque membre, une fois encore, quel que soit son âge, bénéficie d’une voix égale lors du vote.

Chaque membre, qu’il soit enfant, adolescent ou adulte, est donc co-responsable, ainsi que co-créateur de son école ; pour une démocratie réelle, vécue au quotidien.

 

Qu’est-ce que le Conseil de Justice ?

Le Conseil de Justice est le deuxième organe vital de l’école. Il a pour but la gestion des conflits et le traitement des manquements au règlement (voir question «Y a-t-il des règles?»).
Le CJ se réunit chaque jour. Il traite les plaintes déposées la veille dans «la boîte à plaintes».

Pourquoi déposer une plainte ?

Le règlement, étant le fruit d’une co-création, il est admis par tous. Ainsi, tout agissement qui irait à l’encontre d’une de ces règles définies ensemble, doit être relevé et discuté, afin de préserver un environnement sécure pour tous.

Le processus du Conseil de Justice

– Le CJ se compose d’un président, d’un secrétaire, et de trois jurés.
– Le président du conseil lit la plainte, puis donne la parole à chaque personne concernée par celle-ci, afin qu’elle expose sa version des faits. S’en suit un travail d’investigation, grâce à la discussion, qui permet de comprendre ce qui s’est réellement passé, de voir tous les côtés de la situation, pour finir par se mettre d’accord sur une version des faits.
– Le conseil lit la/les règle(s) enfreinte(s).
– Chacun peut à présent proposer –ou non– une sanction. La personne concernée peut également proposer une sanction. Les sanctions sont ensuite votées à la majorité.

Pourquoi les sanctions ?

Les sanctions n’ont pas pour but de punir. Il n’y a dans le CJ aucune notion de bien et de mal, ni de jugement. Comment une règle, qui peut évoluer au fil du temps, pourrait-elle statuer sur ce qui est bien et mal ? Ce serait donc dire que ce qui est bien un jour, peut être mal le lendemain. Ce serait insensé.
Une règle a pour seul but de préserver la liberté de chacun, et de faciliter le vivre ensemble. La sanction permet donc simplement un rééquilibrage. Elle permet de poser à nouveau les limites.
Souvent d’ailleurs, la sanction consiste un en simple « rappel de la règle ».

Un exemple

Le Conseil d’École vote la règle suivante : «Le matériel de peinture doit être rangé après utilisation. »
Inès réalise une peinture en salle d’art, et laisse traîner le matériel quand elle a terminé. Nathan, qui veut utiliser la salle et le matériel à son tour, ne le peut pas, car rien n’est à sa place et l’endroit n’est pas propre. Il dépose donc une plainte pour « non rangement du matériel de peinture ». Le lendemain, cette plainte fera l’objet d’une discussion en Conseil de Justice.
La sanction appliquée pourrait être la suivante : « Inès n’a pas le droit d’utiliser la salle d’art pendant deux jours de présence ».
Cette sanction a donc pour vocation de rendre à Gabriel (et au groupe) la liberté qu’Inès lui a enlevé. En effet, Gabriel n’a pu profiter de son droit d’utiliser la salle d’art, dans des conditions de rangement et de propreté acceptables. La sanction est un rééquilibrage, Gabriel pourra à présent bénéficier d’une salle propre et rangée. Quant à Inès, si elle veut peindre, il lui faudra à l’avenir penser à ranger le matériel, sinon elle fera l’objet de nouvelles plaintes, et verra à nouveau sa liberté restreinte.

 

Comment les membres de cette école pourront-ils s’intégrer à la société ?

Les membres d’une école démocratique n’ont pas à “s’intégrer” dans la société. Il y vivent déjà pleinement au quotidien.

En effet, nous avons à coeur d’être une école ouverte sur l’extérieur, et vivant en symbiose avec son environnement. Les jeunes ont la possibilité, à NovAgora, de sortir des quatre murs de l’école, pour aller à la rencontre du monde.Ils peuvent aussi inviter le monde à venir à eux, au travers des divers intervenants extérieurs qui sont amenés à partager des moments avec les membres de l’école.

La société dans laquelle les jeunes d’aujourd’hui évoluent est une société où les changements et les évolutions sont rapides et spectaculaires, où chacun doit se créer sa place, et même inventer son métier. Il s’agit d’une société où les qualités nécessaires sont l’autonomie, la détermination, l’imagination, la créativité, la capacité à coopérer, à réfléchir et décider ensemble, à créer ensemble. Le cadre proposé par les écoles démocratiques permet précisément à ces savoir-être et savoir-faire de se développer.